Wednesday, November 22, 2006

Bureaucracy

Les écrivains, faut pas les faire chier. Oulah non.Sinon ils écrivent des livres.

Douglas Adams, malgrè tout le respect (l'admiration même !) que je lui voue, ne fait pasexception a la règle. Enfin si. Lui, quand on le fait chier, il fait ce qu'on appelledésormais Interactive Fiction, et qu'on appelait a l'époque tout simplement un jeu d'aventure,vu que JAMAIS on aurait imaginé qu'il y'aurait un jour des graphismes dans les jeux d'aventure.
Voila qui complique bien ma tache, vu qu'il est difficile de rendre captivant des screenshotsde jeux d'aventure textuels. Mais qu'importe. N'oubliez donc pas de cliquer sur les screenshots afin de les rendre lisibles.
Douglas Adams a eu, un jour, un probleme avec sa banque. Il a donc décidé de faire un jeud'aventure au concept génial : l'objectif ultime est d'obtenir de sa banque qu'elle acceptede vous mettre a votre nouvelle adresse dans ses fichiers. Un concept super excitant.A lire ça, vous hésitez surement un peu. Ca pourrait être très chiant. Ca pourrait être très drôle.Rassurez-vous : c'est les deux.
Le jeu entier est axé sur la... bureaucratie, la paperasse a remplir, les formulaires idiots, tout ce qui complique le quotidien. Ainsi, le jeu a peine lancé pour la premiere fois vousbalance ca à la gueule.Vous n'avez pas le droit de vous servir de jeu. Il vous faut remplir un formulaire électronique,oui, sans modem. Torture psychologique, il est impossible de faire "Retour arrière" et le curseur se positionne systématiquement dans les champs dans le désordre.
(Le formulaire, celui par quoi tout commence, tout finit dans la vie)

Toutes ces données que vous entrez ne serviront cependant pas à rien. Puisqu'elles seront toutes réutilisées dans le jeu. Approximativement.
Approximativement, car le jeu se trompera sur votre adresse (dites que vous habitez le 28, voushabiterez le 30), le nom de rue aura une ou deux fautes d'orthographe, et surtout, si vous déclarezêtre un homme, le jeu vous appelera "Madame". Vous avez donc une vraie administration au sein de votre ordinateur.

Ensuite, et bien c'est la que ca se gâte. Le gameplay est un peu pourri. On ne sait pas trop cequ'on doit faire, on se retrouve dans des situations idiotes, certes marrantes, mais qu'on nesait pas trop relier entre elles. Le style raffiné et absolument excellent de Douglas Adamssert de cache misère a un mauvais jeu d'aventure textuel. On se retrouve face a diversessituations excitantes, comme : commander un hamburger, essayer d'utiliser un ordinateur, remplir des formulaires, et surtout des démarcheurs a domicile qui vous interpellent dans la rue(oui, c'est a n'y rien comprendre) pour vous vendre de la nourriture pour lama.





(Le vendeur de nourriture pour lama)

Chaque faute de frappe, chaque mauvaise action ou chaque truc inutile fait augmenter un indicateur :celui de votre pression arterielle. Faites attention a ne pas faire trop de fautes de frappeou d'actions inutiles, sinon vous etes condamnés a faire "wait" "wait" "wait" pour que celle cirediminue, faute de quoi vous ferez un infarctus.


(Le Lama de la rue, justement...)


Au final, on a un jeu très rigolo, mais dont on a aucun cas envie de se casser le popotin a voirele bout. De peur de s'enerver sur les énigmes idiotes et de faire un infarctus, peut être...
Bref, comme ce genre est très difficile a décrire, le mieux est de vous montrer quelques screenshots,voir meme que vous y jouiez vous même, vu qu'il n'est pas difficile a trouver...
(L'indigeste simulation de Fast Food)